. .
Accueil
Pourquoi ce site?
Qu'est le LARIAM®?
Dangers du LARIAM®
Qui est concerné?
Effets secondaires
La polémique
Cas extrême: le suicide
Conseils aux voyageurs
Traitements alternatifs
Préparez-vous!
Liens
Fred et les autres
L'histoire de Fred
Autres témoignages
Signez la pétition

La polémique autour des effets secondaires du LARIAM®

La liste d'effets secondaires présentée par le fabriquant n'est pas complète.
Ce document émis par l'Organisation Mondiale de la Santé ainsi que de nombreux témoignages nous permettent d'établir cette liste plus exhaustive:
  • Anxiété
  • Dépression
  • Agitation
  • Irritabilité
  • Incohérence des propos
  • Confusion (signes possibles de problèmes psychiatriques plus sérieux)
  • Palpitations ou battements de cœur anormaux et persistants
  • Insomnie
  • Hallucinations
  • Paranoïa
  • Mauvaise humeur
  • Agressivité
  • Fragilité
  • Cauchemars
    ...

  • Ces symptômes peuvent persister longtemps.
    Ils peuvent resurgir plusieurs jours, semaines ou même mois après leur disparition. Il s'agit donc de rester attentif ! Certains médecins spécialisés ont observé ce qu'ils appellent des " pics d'angoisse " chez des personnes ayant souffert d'effets secondaires de type psychiatriques suite la prise de LARIAM®. Ces effets secondaires persistent parfois longtemps après l'arrêt du traitement et le début de la diminution des effets secondaires évidents. Il est d'ailleurs intéressant de noter que la Croix Rouge refuse qu'une personne ayant suivi un traitement au LARIAM® donne son sang pendant 1 an !

    Ces troubles ne sont pas des cas isolés
    Ils sont relativement fréquents ! L'OMS reconnaît que des manifestations indésirables s'observent chez 18.7% des voyageurs qui ont recours à un traitement anti-paludisme par la méfloquine. Dans un article du Daily Insight, on peut lire le résultat d'une étude clinicale réalisée en octobre 2001 (Clinical Infectious Disease journal) : 29% des voyageurs prenant du LARIAM® se sont plaints de troubles neuropschychiatriques et 5% durent arrêter le traitement. Ce test fut mené sur 976 voyageurs sur le terrain. Une autre étude aboutit à la conclusion que 1 voyageur sur 140 souffre de symptômes neuropschychiatriques suffisamment gràves que pour qu'il doive stopper le traitement, et 1 voyageur sur 600 doit étre hospitalisé.

    Vous êtes ici:
    La polémique
    RETOUR Nombre total de visiteurs: 167409
    Nombre de visiteurs aujourdhui: 23
    Nombre visiteurs connectés:1
    Contactez-nous